Pourquoi ce n’est pas mal de manger ses émotions ?

Alors que la deuxième vague de COVID-19 nous frappe et que les mesures de confinement sont prolongées, de nombreuses émotions telles que l’anxiété, le stress et la tristesse pourraient surgir. En conséquence, beaucoup d’entre vous pourraient se tourner vers la nourriture pour trouver du réconfort.

Manger ses émotions peut cependant apporter son lot de culpabilité, de honte et de détresse en plus des émotions négatives que vous ressentez peut-être déjà. Mais il ne devrait pas en être ainsi. Je vous explique donc pourquoi ce n’est pas mal de se tourner vers la nourriture pour se réconforter.

Manger ses émotions…c’est humain et parfaitement normal

Une des fonctions de la nourriture est de nous procurer du réconfort, et ce depuis que nous sommes bébé. En effet, manger ses émotions est un phénomène courant, qui commence dès la naissance. Habituellement, lorsqu’un bébé pleure, le parent va calmer le bébé en lui donnant du lait. Les anniversaires et les fêtes sont souvent célébrés autour d’une table entre les proches avec des gâteaux et de la bonne nourriture.

En fait, certains aliments ont le pouvoir de libérer la dopamine, l’hormone du plaisir. Ainsi, lorsque vous ressentez des émotions négatives (comme la colère, le stress, la frustration), ces aliments libèrent la dopamine qui peut anesthésier et apaiser ces mêmes émotions, vous aidant ainsi à vous sentir mieux.

Alors pourquoi est-ce que manger ses émotions est mal perçu ?

Manger ses émotions a été diabolisé par la culture des diètes. Dans la société d’aujourd’hui, l’alimentation est souvent dictée par des règles rigides, telles que

  • Il faut manger seulement quand on a faim.
  • Certains aliments tels que les chips, les biscuits doivent être limités ou proscrits de l’alimentation.
  • Il ne faut pas manger après 19h.
  • Vous ne pouvez pas manger vos émotions car cela vous fera prendre du poids.

Toutes ces règles alimentaires rendent l’acte de manger ses émotions interdit alors que c’est un comportement qui est censé être parfaitement humain et normal. Par conséquent, les aliments vers lesquels vous vous tournez généralement pour vous réconforter : le chocolat, les chips, la crème glacée, etc. deviennent les aliments interdits. Or, quand quelque chose devient défendu, elle devient encore plus attrayante et vous penserez davantage à ces mêmes aliments. Il se peut alors que vous mangiez ces aliments simplement à cause de la restriction imposée, engendrant un cercle vicieux de privation et de perte de contrôle alimentaire.

Que faire ?

Manger ses émotions est souvent un comportement impulsif qui se fait en mode autopilote. Essayez plutôt de vous donner la permission de manger vos émotions et essayez de le faire consciemment. Le fait d’être conscient que vous mangez pour apaiser une émotion et de vous autoriser à le faire, vous aidera à savourer davantage les aliments. Il sera également plus facile d’écouter vos signaux de rassasiement. De plus, le fait de prendre la décision intentionnelle de trouver du réconfort dans certains aliments vous aidera à vous sentir moins coupable de manger ces aliments. Cela vous aidera ainsi à briser le cercle vicieux de la privation et des compulsions alimentaires mentionné plus haut.

Il peut également être utile d’identifier les émotions qui vous poussent à manger et de mettre le doigt sur l’élément déclencheur. Par exemple, vous pouvez peut-être manger en permanence lorsque vous êtes stressé et débordé au travail. Dans ce cas-ci, manger pour alléger votre stress peut vous faire vous sentir mieux temporairement, mais le problème peut revenir. Trouver des moyens afin d’alléger votre charge de travail pourrait être un meilleur mécanisme pour vous sentir mieux à long terme.

Autres mécanismes de gestion des émotions dans votre boîte à outils

Bien que manger ses émotions soit tout à fait acceptable, cela peut devenir plus problématique lorsque c’est le seul mécanisme pour gérer vos émotions. C’est un peu comme si vous aviez un seul outil dans votre boîte à outils. L’ajout d’autres outils dans votre boîte peut s’avérer utile car vous pourrez ainsi choisir l’outil le plus aidant pour vous dans le moment présent. Voici quelques suggestions d’autres mécanismes pour vous aider à apaiser vos émotions :

  • Prendre une petite marche
  • Prendre un bain
  • Écouter de la musique
  • Faire de la méditation
  • Danser dans votre chambre
  •  Parler à quelqu’un de comment vous vous sentez

Chaque personne est unique et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas être efficace pour une autre personne.

N’oubliez pas que manger peut également faire partie de votre boîte à outils. Ainsi, trouver du réconfort dans la nourriture peut certainement être utilisé comme un moyen de « self-care ». Essayez simplement de le faire de manière consciente en vous autorisant à manger les aliments souhaités sans culpabilité.