5 bonnes raisons de lâcher prise sur le calcul des calories

calorie counting

Le calcul des calories en utilisant des applications telles que My Fitness Pal, Lose it!, Noom, etc. est populaire depuis quelques années maintenant . De nombreuses personnes les utilisent comme outil pour contrôler leur apport calorique tout au long de leur parcours de perte de poids. À première vue, ces applications semblent utiles et faciles à utiliser pour l’objectif souhaité. Il vous suffit d’entrer votre âge, votre sexe, votre poids, votre taille, votre activité physique et elles vous fournissent un apport calorique quotidien recommandé en fonction de votre objectif de maintien, de perte ou de gain de poids.

Plutôt facile et inoffensif, n’est-ce pas ? Cependant, ces applications peuvent être néfaste pour la santé physique et mentale. Voici 5 raisons pour lesquelles le calcul des calories peut être une pratique malsaine.

1. Les applications ne sont pas précises pour déterminer vos besoins énergétiques.

Déterminer vos besoins énergétiques est beaucoup plus complexe que de simplement entrer votre âge, votre poids, votre taille et votre activité physique dans une application. Par exemple, le sommeil, les hormones, le stress, la génétique, la composition corporelle telle que la masse musculaire, les médicaments, présence d’une condition médicale et l’historique de régimes sont quelques autres facteurs nécessaires pour déterminer vos besoins énergétiques. Manger la quantité de calories dictée par une application est donc inexact.

De plus, vos besoins énergétiques varient chaque jour en fonction de nombreux facteurs tels que votre apport alimentaire précédent, votre sommeil, votre stress et votre activité physique. Par conséquent, manger chaque jour la même quantité de nourriture prescrite par l’application n’aurait guère de sens. Pensez-y, votre voiture a-t-elle besoin de la même quantité d’essence chaque fois que vous l’utilisez pour aller au travail ? La réponse est non et il en va de même pour votre apport alimentaire.

Aussi, les calories que vous rentrez dans votre application ne sont pas des chiffres précis. En effet, les réglementations fédérales au Canada et aux États-Unis autorisent une marge d’erreur de +/- 20 % pour les chiffres figurant sur les étiquettes nutritionnelles. Par exemple, si votre objectif est de manger 1 200 calories tel que déterminé par votre application, vous pourriez en réalité manger 960 ou 1 440 calories.

2. Elles contribuent à vous déconnecter des signaux de votre corps.

Comme mentionné précédemment, nos besoins varient d’une journée à l’autre. Et pour refléter ces besoins changeants, nos signaux de faim et de satiété varient en conséquence. Cependant, si vous vous fiez uniquement au calcul des calories pour déterminer vos choix et apport alimentaire, vous serez déconnecté des signaux de votre corps.

Par exemple, un jour vous pouvez vous retrouver avec seulement 200 calories “autorisées” pour le souper. Vous pouvez manger ces 200 calories, mais vous aurez peut-être encore faim après. Conséquemment, vous penserez probablement toujours à la nourriture. Vous pourriez vous sentir léthargique, plus irritable et avoir davantage envie d’aliments tels que les biscuits, le chocolat, les chips, les craquelins, etc.

3. Le calcul des calories peut engendrer une relation malsaine avec la nourriture.

Dans certains cas, il sera sans doute difficile de respecter l’apport calorique recommandé. En conséquence, vous pourriez vous sentir coupable de ne pas avoir assez de “volonté” pour résister à la tentation de manger. Vous pourriez compenser ces “excès” de calories en vous forçant à faire de l’exercice, vous punissant ainsi d’avoir simplement écouté les besoins et les envies de votre corps.

Vous pouvez également vous mettre à faire de l’exercice uniquement pour “mériter” un aliment, comme si vous aviez besoin d’une raison pour pouvoir manger cet aliment. L’activité physique peut donc devenir une corvée et quelque chose que vous commencez à redouter.

De plus, vous pouvez vous priver de certains aliments dont vous avez envie simplement à cause de leur teneur calorique élevé. En raison de la privation, ces aliments deviennent interdits et, par conséquent, l’envie de manger ces mêmes aliments augmente. Vous finirez par céder à vos envies et vous pourriez perdre le contrôle en mangeant. Vous pourriez ainsi ressentir beaucoup de culpabilité, d’anxiété et de honte après avoir mangé.

4. Vous pourriez vous priver de certains aliments nutritifs.

Si vous vous concentrez uniquement sur le calcul des calories, vous risquez de privilégier les aliments peu caloriques et d’exclure les aliments plus caloriques. Cependant, en faisant cela, vous risquez d’exclure certains aliments nutritifs tels que les noix, les poissons gras comme les sardines et le saumon, les avocats ou les graines. Oui, ces aliments sont plus caloriques qu’un yogurt allégé, des galettes de riz ou une barre fibre 1 de 100 calories. Mais ils sont nourrissants pour votre corps. Ils fournissent des bons gras qui peuvent aider à diminuer l’inflammation, le taux de cholestérol sanguin et contribuer à vous rassasier pendant plus longtemps.

Et si vous priorisez les aliments hypocaloriques tels que la barre tendre de 100 calories, vous risquez d’avoir faim peu de temps après car cette dernière est généralement pauvre en fibres, en protéines et en bons gras. En conséquence, vous pourriez avoir envie de manger encore par la suite car les aliments hypocaloriques n’auraient pas été rassasiants.

5. Vous pourriez ne plus miser sur le plaisir de manger

Utiliser le calcul des calories comme seul facteur pour faire des choix alimentaires peut vous amener à tout le temps vouloir minimiser votre apport calorique. En conséquence, vous pourriez finir par faire des détours alimentaires. Qu’est-ce qu’un détour alimentaire ?

Disons que vous avez un morceau de gâteau dans le réfrigérateur et que vous avez vraiment envie de le manger. Cependant, par peur de dépasser votre quota de calories, vous décidez de manger des fraises à la place. Vos papilles gustatives n’étant pas satisfaites, vous avez peut-être toujours envie de quelque chose de sucré. Vous mangez une pomme en espérant qu’elle satisfera votre envie de sucre. Ce n’était toujours pas satisfaisant et vous décidez de manger un yogourt allégé. Mais cela ne suffit pas non plus à satisfaire vos papilles gustatives. Finalement, vous cédez à la tentation et mangez le gâteau. Cependant, à ce moment-là, vous vous sentez déjà trop rassasié d’avoir ingéré toute cette nourriture. Vous vous reprochez d’avoir dépassé votre apport calorique et vous vous dites que vous ne mangerez plus de sucreries pendant un certain temps.

Dans ce cas-ci, le gâteau n’est à blâmer. C’est plutôt le comportement restrictif qui vous a fait faire tous les détours alimentaires. Vous auriez probablement manger moins si vous aviez choisi de manger le gâteau directement. Il est important de se rappeler que nous ne consommons pas seulement des calories et des nutriments mais que nous mangeons aussi pour le plaisir.

Alors que le calcul des calories peut à l’origine être considéré comme un moyen de contrôler votre apport alimentaire, il finit par devenir l’inverse en prenant le contrôle de votre vie. Vous devez toujours penser à ce que vous devriez ou ne devriez pas manger pour respecter l’apport calorique recommandé. Et cela peut devenir épuisant.

Au lieu de vous fier à un appareil pour prendre vos décisions alimentaires, essayez de faire confiance à votre corps et aux signaux qu’il vous envoie. Vous ne vous fieriez pas nécessairement à la lecture d’un thermomètre pour savoir si vous devez porter une veste ou non pour aller dehors. Vous vous fiez simplement sur le fait que vous ayez froid ou non pour enfiler la veste.

Il en va de même pour votre alimentation. Vous pouvez adapter les portions en fonction de vos signaux de faim et de satiété. Essayez également de vous demander ce quels aliments seraient plaisants et satisfaisants au lieu de vous fier uniquement à leur teneur calorique.

Le fait d’être davantage en contact avec votre corps peut sans aucun doute vous aider à retrouver une certaine liberté et à avoir une relation plus saine avec la nourriture. Cela vous libérera tellement d’espace dans votre tête, de temps et d’énergie que vous pourrez ensuite les rediriger vers d’autres sphères de votre vie. Cela vaut la peine de l’essayer ! Et si vous avez besoin d’un peu d’aide pour vous accompagner dans votre démarche, n’hésitez pas à nous contacter !